Les réseaux sociaux restent le meilleur moyen de rester en contact avec ses proches, de partager ses bons moments avec le monde et surtout de rester informé de nouvelles des autres. Lorsque vous faites le contraire de ces moyens, plus précisément quand vous partagez vos mauvais moments avec les autres en publiant des contenus violents, Oui, ça crée un emploie, celui de modérateur des contenus terrifiants (images meurtres, pédophiles, viols, etc.) mais…

Selena Scola, ex modératrice de Facebook entre Juin 2017 et mars 2018 porte plainte le 21 septembre 2018 pour stress post-traumatique qu’a causé ce travail au sein de Facebook.« Facebook ne forme pas suffisamment ses modérateurs et n’implémente pas les standards de sécurité qu’il a contribué à développer ». Dit-elle.

Voir aussi  COQDig Meetup: Communauté de développeurs passionnés

Chez Facebook, c’est 7500 modérateurs qui sont quotidiennement face aux images les plus violents, dont leurs travailles consistent à les supprimer. Qui que vous soyez, sans une bonne préparation psychologique, travailler dans un tel contexte n’est guère plaisant.

Si vous avez aimé ce post, acclamez-moi juste en dessous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.